Suivant: , Précédent: , Monter: Layout   [Table des matières][Index]


5.6 \baselineskip & \baselinestretch

La variable \baselineskip est une longueur eslastique (voir Lengths). Elle donne l’interligne, la distance normale entre les lignes d’un paragraphe, de ligne de base à ligne de base.

D’ordinaire un auteur de documents ne change pas directement \baselineskip en écrivant. Au lieu de cela, l’interligne est réglé par la commande de bas niveau de sélection de fonte \fontsize (voir low level font commands fontsize). La valeur de \baselineskip est re-initialisée chaque fois qu’un changement de fonte survient et ansi tout changement direct de \baselineskip serait anéanti dès la prochaine commutation de fonte. Pour la façon d’influencer l’espacement des lignes, voir la discussion de \baselinestretch ci-dessous.

D’habitude, une taille de fonte et un interligne sont assignés par l’auteur de la fonte. Ces nombres sont nominaux au sens où si, par exemple, un fichier de style de fonte comprend la commande \fontsize{10pt}{12pt} alors cela ne veut pas dire que les caractères dans la fonte font 10pt de haut ; par exemple, les parenthèses et les capitales accentuées pourraient être plus hautes. Non plus cela ne signifie que si les lignes sont espacées de moins de 12pt alors elles risquent de se toucher. Ces nombres sont plutôt des jugements typographiques. (Souvent, le \baselineskip est environ plus grand de 20% que la taille de fonte).

Le \baselineskip n’est pas une propriété de chaque ligne, mais du pagraphe entier. Il en résulte, que du texte de grande taille au milieu d’un paragraphe, tel qu’un simple {\Huge Q}, est serré sur sa ligne. TeX s’assure qu’il ne racle pas sur la ligne du dessus mais il ne change par le \baselineskip pour que cette ligne-là soit surplombée d’un espace supplémentaire. Pour résoudre ce problème, utilisez un \strut (voir \strut).

La valeur de \baselineskip que TeX utilise pour les paragraphes est celle en vigueur à l’endroit de la commande ou ligne à blanc qui termine l’unité de paragraphe. Ansi, si un document contient le paragraphe ci-dessous alors ses lignes seront recroquevillées ensemble, comparées au lignes des paragraphes alentour.

Beaucoup de gens considèrent les sauts de page entre du texte est une
équation affichée comme du mauvais style, alors qu'en fait l'affiche
fait partie du paragraphe.  Étant donné que l'affiche ci-dessous est en
taille de fonte footnotesize, l'entièreté du paragraphe a un espcement
d'interligne correspondant à cette taille. {\footnotesize $$a+b = c$$}

Le procédé de fabrication des paragraphes est que quand une nouvelle ligne est ajoutée, si la somme de la profondeur de la ligne précédente et de la hauteur de la nouvelle ligne est inférieure à \baselineskip alors TeX insère une glue verticale en quantité suffisante pour faire la différence. Il y a deux points délicats. Le premier est que au cas où les lignes seraient trop proches l’une de l’autre, plus proches que \lineskiplimit, alors TeX au lieu de cela utilise \lineskip comme la glue d’interligne. Le second est que TeX n’utilise pas vraiment la profondeur de la ligne précédente. Au lieu de cela il utilise \prevdepth, ce qui d’ordinaire contient cette profondeur. Mais au début d’un paragraphe, (ou de toute liste verticale) ou juste après un filet, \prevdepth a la valeur de -1000pt et cette valeur speciale dit à TeX de ne pas insérer de glue d’interligne au démarrage du paragraph.

Dans les classes standardes \lineskiplimit vaut 0pt et \lineskip vaut 1pt. Selon le procédé exposé dans le paragraphe précédent, la distance entre les lignes peut approcher zéro, mais si elle devient zéro (ou moins que zéro) alors un écarement de 1pt est appliqué aux lignes.

Il arrive qu’un auteur doive, à des fins d’édition, mettre le document en double interligne, ou bien en interligne un-et-demi. La façon correcte d’influencer la distance d’interligne est au travers de \baselinestretch qui dilate \baselineskip, et a une valeur par défaut de ‘1.0’. C’est une commande, et non une longueur, ainsi on change le facteur d’échelle comme dans \renewcommand{\baselinestretch}{1.5}\selectfont.

La façon la plus directe de changer l’interligne pour tout un document est de placer \linespread{facteur} dans le préambule. Pour un double espacement, prenez facteurr à ‘1.6’ et pour un espacement un-et-demi utilisez ‘1.3’. Ces nombres sont approximatifs : par exemple puisque \baselineskip vaut environ 1,2 fois la taille de fonte, le multiplier par 1,6 donne un rapport entre l’interligne et la taille de fonte d’environ 2. (La commande \linespread est définie comme \renewcommand{\baselinestretch}{facteur} de sorte que son effet n’entre en vigueur que lorsqu’un réglage de fonte survient. Mais cela a toujours lieu au démarrage d’un document, de sorte que là vous n’avez pas besoin de la faire suivre d’un \selectfont).

Une approche plus simple est fournie par le paquetage setspace. Voici un exemple de base :

\usepackage{setspace}
\doublespacing  % ou \onehalfspacing pour 1,5

Placé dans le préambule ces déclarations démarreront le document dès le début avec ces réglages de taille. Mais vous pouvez aussi les utiliser dans le corps du document pour changer l’espacement à partir de ce point, et par conséquent il y a \singlespacing pour revenir à l’espacement normal. Dans le corps du document, une pratique meilleure qu’utiliser ces declarations est d’utiliser les environnements, tels que \begin{doublespace} ... \end{doublespace}. Ce paquetage fournit aussi des commandes pour faire un espacement quelconque : \setstretch{factor} et \begin{spacing}{factor} ... \end{spacing}. Ce paquetage conserve également un interligne simple là où c’est typiquement désirable, comme dans les notes de bas de page et dans les légendes de figure. Voir la documentation du paquetage.


Suivant: , Précédent: , Monter: Layout   [Table des matières][Index]